[Test] LittleBigPlanet sur PS Vita

Dire que la PS Vita est en difficulté est un doux euphémisme tant on finit par se demander combien de temps encore Sony va avoir suffisamment d’argent et de volonté pour soutenir une console portable pourtant de qualité.
Et pourtant, si l’on s’y penche un peu, la Vita possède des titres qui, s’ils ne sont pas aussi forts d’un point de vue marketing qu’un Mario, méritent que l’on s’y attarde. C’est le cas, par exemple, de ce très réussi Little Big Planet Vita qui nous offre avec cette version portable un voyage enchanteur et accrocheur.

Si vous avez déjà joué à l’un des épisodes de Little Big Planet déjà sorti sur console de salon, cette version portable, confiée pour l’occasion au studio Tarsier, ne vous dépaysera pas du point de vue de l’univers ou des contrôles. Par conséquent ; si vous étiez déjà allergique aux Sackboys, ce n’est pas ce nouveau titre qui va vous réconcilier avec la licence. Néanmoins, pour tous les autres, passer à côté de ce Little Big Planet serait une bien belle erreur. En effet, dès les premières minutes du mode solo on ne peut qu’être embarqué dans l’univers du jeu qui, tant sur le plan des graphismes que de son ambiance musicale se révèle impeccable, accrocheur et surtout de bon goût.

Côté gameplay, on est à nouveau en terrain connu pour le meilleur, le plus souvent, mais aussi pour le pire (parfois). Je ne compte pas le nombre de fois où j’ai pesté contre l’inertie si particulière du Sackboy par exemple. Cela étant commencer LBP Vita juste après New Super Mario Bros 2 (aussi critiquable soit-il) n’a peut être pas aidé.
Quoiqu’il en soit, l’importante nouveauté de cette version portable est l’implémentation des contrôles tactiles qui permettent par exemple de faire bouger des plateformes pour permettre à notre Sackboy d’avancer, d’actionner des mécanismes ou de pousser des objets vers le premier plan de l’écran (grâce au pavé tactile arrière en l’occurrence). Une fois n’est pas coutume, ces ajouts ne sont pas lourdingues et viennent agréablement apporter de la diversité au gameplay plutôt que de le desservir.

Si LBP Vita se limitait à son mode solo, on ne pourrait que déplorer son contenu un peu « chiche ». En effet ce mode, s’il est clairement charmant, se termine en une poignée d’heures et sert plutôt de grand tutoriel à ce qui fait le véritable intérêt de LBP : sa communauté. Si je n’ai absolument pas testé les outils de création de ce LBP Vita (je n’ai pas vraiment l’âme d’une créatrice), j’ai par contre testé quelques niveaux créés par des joueurs de la communauté. Il faut le reconnaitre certains sont quelconques et amusent assez peu. Par contre d’autres sont de véritables perles à la hauteur (voire plus) du jeu solo.
Vous l’aurez compris, le gros point fort de LBP Vita c’est sa durée de vie quasi-infinie basée sur une communauté de créateurs motivée et inventive qui vous propose des challenges alternatifs.

Très bon représentant de la licence, ce LBP Vita n’a pas à rougir par rapport aux 2 épisodes déjà sortis sur console de salon : joli, bourré d’humour et doté d’une identité forte, l’univers des Sackboy a décidemment tout pour séduire et ce d’autant plus que l’appui de la communauté peut lui offrir une durée de vie immense… Bref, si vous avez déjà une Vita, ce Little Big Planet fait partie des titres à acquérir de toute urgence… De là à dire qu’il justifie, à lui seul, l’achat de la console… il y a un pas que je ne franchirais pas.

Linanounette, testeuse tactile

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.