[Test] inFamous : Second Son sur PSCat

Après 2 épisodes 1/2 (le demi épisode est en téléchargement et franchement court comparé aux autres) sur PS3, le titre de Sucker Punch était très attendu au tournant. Mais remettons en perspective la série.

Qu’est ce qu’inFamous ?

InFamous est un monde ouvert. La ville entière de Seattle est modélisée (enfin j’ai pas vérifié si c’était 100% précis, seuls les locaux peuvent le savoir). En tout cas, c’est vaste, plein de vie (souvent un peu bébête, il faut l’avouer), de lumières, de strass et de paillettes.

Bye bye Cole, hello Delsin

CoCocole McGrath fait place dans ce nouvel épisode à Delsin Rowe, jeune indien (vaut mieux que deux tuloras), qui acquiert pas hasard un pouvoir. Je ne vous gâche rien en disant ça, c’est le tout début du jeu.

Wizz great power, comes great responsibility

Tel le Peter Parker moyen, notre héros ado attardé se retrouve propulsé sauveur de l’univers sa tribu. Le reste du monde lui en veut (enfin pas particulièrement le peuple, mais surtouts les autorités).
Bref, ça va swinguer. Mais quand on a des super-pouvoirs, que peut-il nous arriver de vraiment grave ?

C’est l’histoire de la vie

Pour sauver sa tribu, le brave Dhalsim Delsin doit retrouver la très méchante qui a fait du mal à ses amis les gentils et les sauver. Evidemment la méchante ne l’entend pas de cette oreille et ne va donc pas se laisser faire (ça serait trop facile).

De l’action oui, mais aussi de la répétition

Bien que varié, j’ai trouvé le jeu un peu plus répétitif que les épisodes précédents. Certaines missions secondaires sont assez moyennes et seuls les chasseurs de trophées vont toutes les faire.
Quant aux missions principales, elles sont plutôt variées même si c’est souvent la même trame : aller buter le cucul à des militaires pour leur piquer la source d’énergie (qui se trouve être la source de nouveaux pouvoirs).

Every choice has a consequence

Comme ses ainés, le jeu nous offre parfois des choix. Tuer telle personne ou la laisser en vie en lui mettant une fessée devant tout le monde ?
Ces choix influent sur la perception qu’a le peuple de vous. A vous de voir si vous voulez qu’ils vous craignent ou vous admirent. Mais honnêtement, ça ne change pas grand chose au jeu (à part pour les trophées et j’imagine qu’il y a une fin différente).

C’est bôôôôôôôôôôôôôôôô

Clairement, inFamous Second Son est parmi ce qui se fait de plus beau sur la génération actuelle de consoles. Et on est encore qu’au tout début de la vie de la PS4. La carte est immense, les missions secondaires nombreuses, les collectibles sont au rendez-vous aussi (mais sans être pénibles à trouver grâce à la carte), les effets (eau, lumière, fumée, …) sont réussis. Les environnements ne sont pas destructibles (ou plutôt seuls de petits morceaux le sont).

Les gentils, les méchants

Notre héros va se retrouver confronté à quelques méchants, enfin particulièrement une très très méchante qu’on rencontre dès le début et se faire quelques copains à pouvoir, mais la galerie de rencontre est assez faible. Et dans un sens, c’est pas plus mal ^^

Agathe Ze Power

Le point le plus cool du jeu est sans doute les super pouvoirs qu’on acquiert tout au long de l’aventure.
Exit les pouvoirs de Cole, à base d’électricité, notre Delsin sait maintenant se servir de la fumée. Original, n’est ce pas ? Et sans vous gâcher le plaisir de jeu, sachez que ça ne sera pas le seul pouvoir qu’il aura à disposition ;)
Les pouvoirs sont plaisants à utiliser et permettre de casser la figure à tout un tas de méchants en envoyant valdinguer plein de trucs, c’est assez jouissif il faut l’avouer :)

A man, a plan and an aerosol can

Parmi toutes les missions secondaires, il y en a une série que je trouve particulièrement idiote (et pénible à jouer d’ailleurs), les missions de tag.
Notre héros tête à claque (enfin il est surtout pénible au début, ça s’améliore grandement au fur et à mesure de l’avancement de l’histoire), notre héros donc, poursuivi par la moitié des forces armées de la ville, n’hésitera jamais à faire un ptit tag, tel le caniche moyen soulageant ses besoins sur une roue pour marquer son territoire.
Je parlais de pénibilité dans ces missions car Sucker Punch a jugé bon de nous faire tenir le DualShock™ 4 à la verticale, vaguement comme une bombe de peinture. Je trouve ça totalement pas pratique et pas du tout immersif. Mais ce n’est que mon avis.

Fer de lance de la PS4, inFame le 2e fils inFamous : Second Son n’est pas exempt de défauts mais c’est pour l’instant ce qui se fait de mieux sur la plateforme. Si vous avez la PSCat, c’est un incontournable !

Both comments and pings are currently closed.

Une réponse à [Test] inFamous : Second Son sur PSCat

  1. Une shoppeuse appeléePakito m'a donné du bonheur :

    Dans second son, on retrouve les memes valeurs que dans les 2 titres precedent, avec des graphismes superbes! Les pouvoirs on etait bien trouvés, le jeu n’est pas révolutionnaire mais il tient les promesses, avec une bonne exploitation des capacités de la ps4, nottament avec le pavé tactile de la DC4.
    Jeu a testé :!: :!: