Figuriines, la stratégiie de la pénuriie

Cet article est un essai sur une idée que j’ai, comme ça, pour markéter des figurines.
Imaginons, j’ai envie de faire des jolies figurines, de les vendre un peu cher en leur mettant une fonctionnalité minime.
Si je fais ça, je vais en vendre un certain nombre et après ça va tomber à l’eau, ça ne se vendra plus et je vais me retrouver avec du stock sur les bras.
Mais si j’en mets en vente trop peu pour le public visé, une pénurie se crée. Le marché se met en place, les prix montent sur l’occasion.
Très bien, mais je ne fais pas de bénéfice sur l’occasion.
Si je remets en vente des figurines, j’écroule le marché de l’occasion mais les gens se rendent compte que ça ne sert à rien et je me retrouve dans la même hypothèse qu’avant.

Mais voilà l’idée géniale, plutôt que de refaire les premières figurines, j’en sors une nouvelle série. Elles ne servent toujours pas à grand chose, mais elles sont différentes. Les spéculateurs se jettent dessus puisque les précédentes se revendent bien d’occasion.
Une partie de chaque nouvelle vague comprend des figurines plus rares que les autres pour entretenir ce marché de l’occasion. Les prix élevés de certaines figurines attire de plus en plus de nouveaux. L’éditeur entretient les vagues pour augmenter la taille du marché.
On est dans une sorte de pyramide mélangée à de la pénurie, c’est très bien joué.

Both comments and pings are currently closed.

3 réponses à Figuriines, la stratégiie de la pénuriie

  1. Une shoppeuse appeléeAlex Light m'a donné du bonheur :

    Qui a dit Nintendo ? :-).

  2. Une shoppeuse appeléeTomiiks a illuminé ma journée :

    Classique mais tjs aussi efficace

  3. Une shoppeuse appeléeKendo a illuminé ma journée :

    Les Amiibo sont les nouveaux Game & Watch :D