[Critique] Twixt de Francis Ford Coppola

Il y a quelques semaines de ça, j’ai vu le dernier Francis Ford Coppola, Twixt.
Contrairement à mon habitude, je vous propose de commencer par regarder la bande annonce du film pour mieux appréhender ma critique.

Voilà, si vous lisez ces lignes, c’est que vous avez regardé la bande annonce, vous savez donc qu’il y a en vrac Val Kilmer, un acteur que j’aime beaucoup bien qu’il ait fait nombre de nanards ainsi qu’une histoire de tueur en série, de serial killer quoi…
Comme j’aime bien les serial killer, je suis donc allé voir le film, bien que l’unique séance proposée soit en 3D. J’aime pas la 3D, je trouve que ça n’apporte rien en général…

Au final, en sortant de la projection, je ne savais pas trop qu’en penser. Le film n’est pas un film de serial killer, je ne sais même pas dans quelle catégorie le mettre. Esthétiquement, c’est impeccable (sauf la 3D, mais je vais en parler plus loin). C’est bien filmé, l’univers onirique des rêves tranche avec la réalité. Mais alors l’histoire, on navigue à vue, à croire que l’histoire a été écrit au fil de l’eau. Alors oui les fans du maître vont me dire que j’ai rien compris, qu’il y a une dimension métaphysique toussa.
Mouais, c’est pas super structuré, ça tire dans plusieurs directions et ça finit en eau de boudin. Voilà mon avis de néophyte qui n’a rien compris :P

Comme je l’ai dit plus haut, j’ai eu la chance de voir le film en 3D. Contrairement à mes voisins qui ont chaussé direct leurs lunettes 3D, j’ai regardé avec ou sans et le film n’était pas en 3D au départ. Puis au bout d’1 heure (oui, oui, exactement 1 heure), il est passé en 3D pour 2 minutes. Quand je pense que mes voisins ont gardé leurs lunettes depuis le début sans se rendre compte qu’il était en 2D…
Puis le film est revenu en 2D pour encore une 20aine de minutes. Et enfin les 4 dernières minutes sont en 3D.
Oui, sur 90 minutes que compte le film, seules 6 minutes sont en 3D. Et honnêtement, je n’ai pas compris l’intérêt de la 3D dans les 2 scènes qui en comportent :P

Au final, Twixt laisse un goût bizarre dans la bouche. Esthétiquement impeccable, mais avec une histoire à la construction bizarre, on ne sait pas trop quel type de film a voulu nous faire Coppola.
J’imagine que les fans ont trouvé ça géniaaaaaaaaaaaaaaaaal, transcendant, toussa, mais moi en tant que spectateur lambda, j’ai trouvé ça franchement bizarre et je suis content de pas avoir payé ma place :P

Twixt sort au ciné le 11 avril. Si vous êtes fan de Coppola, il y a un concours organisé pour gagner un nouvel ipad.

PS : Je sais pas pourquoi il a choisi Twixt comme titre… Ptet à cause des 2 doigts coupe faim ? :mrgreen:

Both comments and pings are currently closed.

2 réponses à [Critique de Papy] Twixt de Francis Ford Coppola

  1. Une shoppeuse appeléeperfectcrow m'a donné du bonheur :

    j’ai découvert Coppola dans Lost in translation, jamais ailleur… A tester