[Critique cinéma] Le complexe du castor

Hier soir, j’ai eu l’occasion d’assister à la projection du film « Le complexe du castor » (The Beaver), de Jodie Foster avec Mel Gibson. Evidemment, je n’ai pas monté les marches de Cannes (le film y est présenté hors compétition).
J’avoue préférer qu’il soit présenté hors compétition car c’est du bon cinéma et Cannes a pour habitude de couronner des films abscons de réalisateurs prétentieux qui regardent leur nombril pendant 2 heures…
Par contre, je tiens à remercier le traducteur du titre qui a cru bon de le complexifier… Bon travail l’ami, mais je ne vois pas trop pourquoi « complexe ». Mais bon, c’est pas comme si j’avais vu le film…

Le complexe du castor, un film de Jodie Foster avec Mel Gibson Depuis plusieurs années, Walter Black (Mel Gibson) a perdu goût à la vie, il survit plutôt que de vivre et l’inévitable arrive, sa femme (Jodie Foster) le fiche dehors. Par un concours de circonstances, il se retrouve en possession d’une marionnette de castor qui s’anime et reprend le contrôle de sa vie.
Honnêtement, je ne sais pas si ceux qui n’ont pas traversé la dépression (personnellement ou au travers d’un proche) pourront comprendre à quel point le film de Jodie Foster est honnête. Quand vous êtes en dépression, tout vous semble fade et sans intérêt. Après avoir tout tenté, la marionnette permet à Walter de se distancier de tout ça et de reprendre un semblant de contrôle. Mais qui est vraiment aux commandes ? La marionnette ou Walter ?

Bref, je ne peux que vous recommander d’aller voir le complexe du castor (la VO me parait indispensable pour identifier immédiatement la marionnette car celle-ci parle avec un accent typiquement british).
Si il faut vraiment mettre le film dans une case, ce serait comédie dramatique, mais je n’aime pas spécialement ces cases :evil:
Le film alterne savamment entre moments de franche rigolade et moments graves, on passe régulièrement du rire aux larmes et tout sonne juste (même Mel Gibson, qui passe de « l’arme fatale » à « larmes fatales »).
Du cinéma intelligent, tout simplement.

« Le complexe du castor » sort le 25 mai au cinéma.

Et si vous n’êtes toujours pas convaincu, voilà la bande annonce (j’ai évidemment choisi la VO) :

Note (forcément partiale) :

8.5/108.5/108.5/108.5/108.5/108.5/108.5/108.5/108.5/108.5/10

Both comments and pings are currently closed.

7 réponses à [Critique cinéma] Le complexe du castor

  1. Une shoppeuse appeléeLegolasGamer a illuminé ma journée :

    Bien joué le jeu de mot sur larme fatale ! :mrgreen:

  2. Une shoppeuse appeléeNeitsabes a illuminé ma journée :

    GG Le jeu de mot, on voit toute la réflexion :p

    Sinon pour Le Complexe Du Castor, j’ai vu aussi la B.A. et le film à l’air séduisant effectivement. Je ne suis pas très ciné donc je ne suis pas sûr d’y aller mais pourquoi pas, en Blu-Ray !

  3. Une shoppeuse appeléesundvold m'a donné du bonheur :

    le castor n’est il pas un moment en image de synthèse ?

  4. Une shoppeuse appeléecocole a illuminé ma journée :

    Nope, le castor est toujours une vraie marionnette en peluche…

  5. Une shoppeuse appeléeSébastien D. m'a donné du bonheur :

    Superbe Critique. Pour une fois qu’un film parait assez bien… ;-)

  6. Une shoppeuse appeléeNox m'a donné du bonheur :

    Ce film me tente vraiment, il a l’air intelligent et sans complexe. Vrai quoi. :smile: