[Critique ciné] Divergente 2 : L’insurrection

Il y a un peu moins d’un an, je me promenais fièrement sur les Champs Élysées pour voir le premier opus de Divergente en avant-première, film que j’avais beaucoup apprécié. Cette année je suis allée tranquillement dans un UGC du coin pour voir Divergente 2 en avant-première en toute discrétion.

L'affiche française du film "Divergente 2"

L’affiche française du film « Divergente 2 »

Les suites sont-elles toujours des déceptions ?

Je ne suis pas super difficile, donc si vous vous attendez à ce que je crache sur le film, ça va être raté, je suis plutôt du genre à donner des avis positifs, et toujours honnêtes. Cette suite que j’attendais donc avec impatience, puisqu’elle mélange science-fiction, eau de rose et bagarres, est plutôt réussie. Je ne sais pas si elle colle bien avec les bouquins, mais elle ne semble pas déplaire à tout le monde (les copains de amha.fr ne l’ont pas vraiment appréciée on dirait). Alors certes, le titre du film dans sa version originale peut perdre : Insurgent. Sur l’affiche française, ils ont eu la décence de nous rappeler le nom de la série complète. En tout cas, elle m’a donné à réfléchir sur quelques points.

L'affiche américaine du film "Divergente 2"

L’affiche américaine du film « Divergente 2 »

Cinq factions officielles et les deux autres

Dans ce monde il y a 5 factions : Audacieux, Érudits, Altruistes, Sincères et Fraternels. Il faut coller à la faction dans laquelle on est prédestinés. Prédestiné, comme si on naissait avec une de ces qualités. Mes parents m’ont toujours appris qu’on cultivait ses qualités, qu’elles n’étaient pas « magiques ». Seulement, en plus de ces factions, il y en a deux qui sont intéressantes puisqu’elles sont un peu plus mises en avant dans ce film : les sans-factions et les divergents. L’un dans l’autre ces deux entités se retrouvent puisqu’elles ne sont ni l’une, ni l’autre dans le cadre que la société a essayé de leur imposer. Les sans-factions ne se retrouvent dans aucune des cinq factions officielles alors que les divergents ont en eux un peu de chacune de ces factions. Du coup j’en suis à me dire que ces deux factions qui ne rentrent pas dans le système comme on l’aurait souhaité sont essentielles à la société.

Les sans-factions sont un peu les hippies du système qui vivent selon leurs propres règles, qui ont rejeté le système, les valeurs traditionnelles et le mode de vie imposé depuis des générations. Ils ne répondent de rien et vivent de façon underground mais ils sont heureux avec le peu qu’ils ont.

Les divergents ne savent pas qui ils sont vraiment, il ont un peu de toutes les connaissances, capacités et appartiennent au final à toutes les factions sans avoir été capables d’en choisir une. Ils sont la preuve vivante que toutes les factions sont complémentaires. Car concrètement, je ne vois pas comment on peut être altruiste sans être fraternel. On peut tout aussi bien être érudit et sincère. Enfin c’est un peu tiré par les cheveux même si je peux comprendre l’idée de base.

Mais du coup, est-ce qu’il vaut mieux être insouciant et vivre en tant que sans-factions ou être multitâche et être divergent ?

« Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités » – Benjamin Parker, SPIDER MAN.

Des effets spéciaux réussis mais une histoire de fond gnangnan

Il y a de très bons effets spéciaux, par exemple j’ai été assez saisie par les simulations réalisées par Jeanine. D’autres sont un peu tirés par les cheveux, mais on est dans un monde irréel, celui de la pensée voire du rêve, comme dans Inception, même si on devine immédiatement le monde dans lequel se trouve Tris. Ah ça, aucun doute là-dessus, même pas de petit détail ou de glitch à détecter, on ne se pose pas la question un seul instant !

Malgré des effets parfois un peu grossiers, j’ai beaucoup aimé cette action qui ne s’arrête pas. Ok On s’arrête 2-3 fois pour faire des bisous voire plus, mais sinon j’ai apprécié ce film qui est passé assez vite grâce à ce manque de temps morts.

Bande annonce :

Coup de coeur

Elle a un sale rôle dans le film. Les gentils la détestent et les abrutis l’adulent. Mais sincèrement Kate Winslet est parfaite. Dans sa robe ceintrée d’un bleu électrique elle m’en a mis plein les yeux dans ce rôle. Je n’aurais pas aimé avoir à faire à elle ! Elle est froide, détestable, vide d’humanité… Elle est parfaite ! Elle manipule ses pions à la perfection. On dirait moi en train de jouer aux Sims. Mais je ne vous en dit pas plus sinon je vais me faire taper dessus pour spoiler !

Kate Winslet dans "Divergente 2"

Kate Winslet dans « Divergente 2 »

Both comments and pings are currently closed.

Une réponse à [Critique ciné] Divergente 2 : L’insurrection

  1. Une shoppeuse appeléePakito a illuminé ma journée :

    :smile: j’adore le film et Kate Winslet même le rôle d’une méchante lui va à merveille.