[Compte rendu] PGW 2015

Comme depuis plusieurs années maintenant, nous avons eu droit à notre salon du jeux vidéo Porte de Versailles à Paris. La Paris Games Week s’est déroulée du 28 octobre au 1er novembre 2015. L’année précédente je n’avais pas pu venir sur Paris à l’occasion de la PGW pour cause de bébé dans le bidou et d’interdiction de bouger. Du coup cette année j’ai fait le déplacement (avec le bébé mais plus dans le bidou !) grâce à Cocole. 307 000 visiteurs ont fait le déplacement pour fouler les allées noires de monde du salon. J’ai fait parti de ces visiteurs pendant un peu plus d’une journée et j’y ai vu des choses bien chouettes.

Battleborn

J’ai commencé ma journée en testant Battleborn sur le stand de 2K Games. Lorsque je me suis rendue sur les lieux, il était possible de s’adonner à un match en PvP en 5 contre 5. L’objectif de la bataille était de dégommer tous les sbires ennemis. L’univers nous rappelle évidemment Borderlands 2 grâce à ses décors futuristes et colorés. En une partie je n’ai pu tester qu’un seul parmi les 25 disponibles. Difficile de se faire une idée précise du jeu même si j’ai plutôt bien apprécié ma partie. Le FPS de 2K Games était initialement prévu pour février 2016 mais a été depuis repoussé au 3 mai 2016.

Le casque Steam VR HTC Vive

Après un tour dans les allées de la PGW, je me suis penchée sur le casque Steam VR HTC Vive. C’était pour moi le premier casque de réalité virtuelle que j’ai pu tester. Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre sachant que j’ai facilement l’estomac retourné, j’avais peur de ressortir de là avec l’envie de vomir… Pas top juste avant d’aller manger ! Je suis arrivée dans une grande pièce sombre. Dans deux coins étaient disposés des capteurs. Le casque était relié à un ordinateur. On m’explique rapidement le fonctionnement et en avant ! Le casque sur la tête, un joystick dans chaque main et me voilà projeté dans un monde virtuel.

Sur la proue d’un bateau au fond de l’océan, j’ai pu jouer avec un banc de raies manta mais aussi frôler une énorme baleine (très impressionnant). J’ai vécu dans la peau d’un employé de bureau, allumer l’ordinateur, se faire couler un café, lancer des objets sur les bureaux voisins … Une démonstration de light painting en 3D m’a rappelé que je suis loin d’être une artiste :D J’ai également pu me mettre dans la peau d’un chasseur de zombies. Même si les graphismes étaient loin d’être fous, je me suis sentie complètement immergée dans cet univers où j’étais assaillie de toutes parts par les zombies. Je verrais bien pour le coup The Walking Dead de Telltale Games adapté au casque !

La prise en main se fait très rapidement, on peut facilement se déplacer dans l’univers sans se prendre un mur car quand on s’approche trop prêt d’un mur réel on le voit apparaître, histoire d’éviter de se blesser :D Je suis ressortie ravie de l’expérience et sans nausées :P

Le PlayStation VR

J’ai également pu m’essayer au PlayStation VR. Les deux pour moi n’ont pas grand chose en commun à part qu’on parle de réalité virtuelle. Le PlayStation VR est prêt à sortir et ça se voit. J’ai testé deux jeux du Playroom VR. Un jeu où j’incarnais un chat qui devait attraper des souris, incarnées par d’autres joueurs manette à la main. Dans ce jeu j’avais juste à avancer ou reculer la tête pour sortir de ma cachette.

Dans le second jeu, j’ai pu incarner Godzilla (la classe !) pourchassant les habitants, là encore en partie incarner par d’autres joueurs.

Les jeux du PlayStation VR que j’ai pu tester là se jouaient au fond du canapé juste avec la tête. Pas besoin de place pour pouvoir y jouer. Cependant je trouve ça dommage de l’exploiter dans des jeux à plusieurs alors que le casque nous isolent complètement de l’extérieur. Quand on joue à plusieurs dans le salon, le but est quand même de profiter des autres personnes (un minimum).

Au final j’ai un peu peur que ça fasse comme le Kinect, que ça reste un gadget. J’attends de voir comment ça va évoluer.

J’ai également fait un détour par quelques jeux qui sont sortis depuis, comme Star Wars : Battlefront, Call of Duty : Black Ops 3 ou encore Lego Dimensions. Je n’ai malheureusement pas pu voir l’intégralité des stands présents. Une journée c’est trop court, même si je suis revenue le samedi matin, c’était impossible de circuler. J’ai donc fait l’impasse sur pas mal de choses mais j’ai enfin pu essayer la réalité virtuelle !

Happy birthday, moi.

Aujourd’hui, j’ai 42 ans. L’age par excellence des geeks.

Le super gâteau d'anniversaire de Magnum ^^

Le super gâteau d’anniversaire de Magnum ^^

J’avais prévu d’écrire tout un blabla mais je n’en ai plus le courage, trop d’ennuis qui m’arrivent en ce moment.
Je sais pas pour vous mais moi, dès qu’il m’arrive un petit truc sympa, j’ai droit à de gros ennuis à la suite, comme si la vie était là pour te rappeler qu’à la fin tu vas mourir.
Ça me fait d’ailleurs penser que je dois passer un test de dépistage pour un cancer. Ça fait quelques mois déjà que je le dois mais je remets à plus tard, peut-être pour ne pas me souvenir que mon père est mort à cause de ça.
Ou comment plomber l’ambiance entre quelques lignes.
Bon anniversaire à moi :)

[Arrivage] Un press-kit de folie pour Mad Max

Folie… Mad Max… C’est bon, vous l’avez ?

La semaine dernière, j’entends le facteur sonner chez moi. Je vais lui ouvrir, pensant qu’il s’agit d’un courrier recommandé. Et bien non, c’était un méga paquet en provenance directe du Wasteland (le désert de Mad Max pour ceux qui ne le sauraient pas).

La grosse boite du press-kit "Mad Max"

La grosse boite du press-kit « Mad Max »

Et quand je dis méga, la boite est énorme et renferme de bien beaux objets du désert.

Pour bien commencer un press-kit de jeu, quoi de mieux qu’un jeu ? Et quand le jeu est tiré d’une saga épique, quoi de mieux que les films ?
J’ai donc eu le plaisir de trouver le jeu (en version PS4) ainsi que le coffret blouré des 3 films originaux. J’avais déjà les DVD (et même le 1er en laserdisc), ça va me permettre de savourer à nouveau cette saga mythique et par la même l’évolution de Max.

Le jeu et la trilogie originale sont présents dans le press-kit

Le jeu et la trilogie originale sont présents dans le press-kit

Viennent ensuite une très joulie lithographie de Max (inspirée de la boite du jeu) et des verres à shot en forme de cartouches de fusil, bien dans la thématique du jeu.

Un lithographie de Max pour afficher dans ma chambre ;)

Un lithographie de Max pour afficher dans ma chambre ;)

Et des verres pour boire (avec modération, l'abus d'alcool est dangereux pour la santé)

Et des verres pour boire (avec modération, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé)

Mais la cerise sur le macdo se trouvait en dessous de tout ça, une magnifique veste en cuir arborant fièrement le logo de Max sur le bras gauche. Et elle est à ma taille donc je vous propose un ptit shooting enjoycocolix ^^

Le très joli blouson officiel de Max en cuir

Le très joli blouson officiel de Max en cuir

Avec le logo sur la manche :)

Avec le logo sur la manche :)

Et ça c'est moi en mode tête de fou ^^

Et ça c’est moi en mode tête de fou ^^

Je suis l'aigle de la route !

Je suis l’aigle de la route !

Un prototype de la SNES PlayStation découvert

Si vous avez suivi la plupart des sites spécialisés jeux vidéo hier, vous n’êtes pas sans savoir qu’un des prototypes de la SNES PlayStation a été découvert.

Mais avant de parler de ça, repartons en arrière dans le temps.
Au début des années 90, Sega sort un add-on pour sa console MegaDrive, le Mega CD. Idem pour NEC qui sort son Super CD-ROM². Le CD c’est l’avenir, crient Sega et NEC à la face du monde. Et oui, sur le papier, c’est super, une capacité phénoménale par rapport à la concurrence, de la vidéo en veux-tu en voilà (mais fort pixelisée quand même puisqu’on passe à travers une machine 16 bit et qu’on atteint les limitations de la console hôte) et surtout un prix de revient dérisoire par rapport au format cartouche. (Bon, OK les vitesses d’accès, c’est pas encore ça.) L’avenir est donc au CD et la concurrence doit s’y mettre également.

Le Mega CD, l'add-on CD pour la Sega Megadrive

Le Mega CD, l’add-on CD pour la Sega Megadrive

Nintendo conclue donc 2 partenariats pour le développement d’un add-on et d’une console standalone intégrant sa Super Nintendo. Philips et Sony sont sur les rangs et produisent chacun des prototypes.

Mock-up de l'add-on CD pour la SNES.

Mock-up de l’add-on CD pour la SNES.

Et c’est l’un de ces prototypes, en l’occurrence un Sony, qui est apparu hier sur les internettes !
Il s’agit d’une version standalone incorporant une SNES et le fameux lecteur de CD de la mort qui tue la vie (le SuperDisc), le tout dans un combo baptisé PlayStation.

La SNES-PlayStation découverte hier

La SNES-PlayStation découverte hier

La SNES-PlayStation découverte hier

La SNES-PlayStation découverte hier

La SNES-PlayStation découverte hier

La SNES-PlayStation découverte hier

La SNES-PlayStation découverte hier

La SNES-PlayStation découverte hier

La SNES-PlayStation découverte hier

La SNES-PlayStation découverte hier

La SNES-PlayStation découverte hier

La SNES-PlayStation découverte hier

La SNES-PlayStation découverte hier

La SNES-PlayStation découverte hier

Je n’ai aucun doute sur la véracité de la découverte. Les plus sceptiques crient au fake mais tout semble réel et trop bien fait pour être faux.
La provenance est connue (un ancien directeur de Sony Interactive Entertainment du nom d’Olaf Olafson qui fait du ménage dans son bureau et qui demande à un employé de ménage de le balancer, chose qu’il ne fera pas), tout concorde pour attester la véracité de cette découverte. De plus, une source interne Sony confirme l’existence d’au moins 2 autres prototypes identiques au sein de Sony. Cette même source indique que 200 unités auraient été fabriquées et qu’il a été demandé leur destruction (chose qui n’a que partiellement été faite).

Quelque temps après la production de cette série de protos, le partenariat est rompu, Sony lance (avec succès) sa console pléstécheun, the rest is history.
En tant que fan de la Super Nintendo, je suis enchanté de cette découverte, ce Super Disc est une pièce superbe et elle mérite d’aller dans un musée. C’est le maillon manquant entre la Super NES et la PlayStation.

Et j’irai même jusqu’à dire que je suis content que le partenariat Sony / Nintendo n’ait pas tenu. A part Sega et Nintendo, il faut avouer que la concurrence (3DO, CDi, etc) était un peu minable. Sony et sa pléstécheun ont déboulé et ont redonné un bon coup de boost au marché.

Pour plus d’informations, suivez ce topic d’assemblergames.

Nintendo World Championships 1990

Les Nintendo World Championships de 2015...

Les Nintendo World Championships de 2015…

En ce beau mois de juin 2015, nos amis de Nintendo of America organisent une compétition appellée « Nintendo World Championships 2015 » avec comme point d’orgue une rencontre des 16 meilleurs à l’E3. Le monde, me direz-vous est bien petit vu par NoA. Quoi qu’il en soit, ceci me permet un petit retour de 25 ans dans le passé.

1990, Nintendo domine le marché du jeu vidéo. Et pour assoir sa domination, NoA décide d’organiser son 1er championnat du monde. Déjà, le monde est toujours exclusivement aux Etats-Unis et la compétition s’arrête dans 29 villes des Etats-Unis. Tout au long de chaque week-end, pour 3$ la partie, les joueurs s’affrontent pendant une durée de 6 minutes et 21 secondes sur une compilation de 3 jeux : Super Mario, Rad Racer et Tetris.
La règle est simple : il faut faire le maximum de points pendant le temps imparti. Le calcul s’effectue de la manière suivante : le score de Super Mario Bros. + (le score de Rad Racer score x 10) + (le score de Tetris x 25). Inutile de dire qu’au vu des poids respectifs des jeux, il vaut mieux finir Super Mario et Rad Racer le plus vite possible pour marquer un maximum sur Tetris.

Dire qu’à la fin des années 80, ma famille a failli aller vivre aux USA (mon père a eu une proposition d’emploi qu’il a déclinée). J’aurais peut-être pu participer au « championnat du monde » original.

Mais je m’égare un peu, car le but de cet article n’est pas de détailler ce championnat « du monde » mais de parler des cartouches utilisées. Afin que tout le monde soit sur un pied d’égalité, NoA a fait fabriquer un certain nombre de cartouches exclusivement pour cet évènement. Combien ? Tout le monde (y compris wikipedia) s’accorde à dire qu’il y en a eu 116. Et pourtant c’est faux.

Voici les faits :
– 90 ont été distribuées aux 90 finalistes
– 26 ont été démontées, ont eu leur coque changée pour une coque dorée et ont fait l’objet d’un concours dans le magazine Nintendo Power (n°14 de juillet / août 1990).
Voilà donc où nait la légende qu’il existe précisément 116 cartouches, ni plus, ni moins.
Or, comme je l’ai déjà dit plus haut, c’est faux.

Un exmplaire doré accompagné d'un exemplaire gris. Notez que l'exemplaire gris est numéroté (ici la cartouche 260)

Un exmplaire doré accompagné d’un exemplaire gris. Notez que l’exemplaire gris est numéroté (ici la cartouche 260)

Comment le sais-je ?
D’une part, les cartouches grises retrouvées ont des numéros (parfois consécutifs) allant de 20 à 346. Il n’y a aucune logique de numérotation et donc on est amenés à penser qu’il y en a eu 350 de fabriquées.
Il faut bien imaginer que la compétition se déroulait sur le week-end avec pas moins de 9 camions de matériel. Il existe quelques vidéos de l’évènement mais la plupart concernent la finale. Difficile de connaitre le nombre exact de bornes qui étaient mises à disposition.

D’autre part, l’historique de certaines cartouches est parfaitement connu. Et c’est là où la magie intervient : plusieurs cartouches ne remontent pas jusqu’à des finalistes.
A ce jour, sur une 60aine de cartouches grises retrouvées, 20 remontent formellement jusqu’à des finalistes et 12 remontent jusqu’à des non-finalistes. Et ce, de manière certaine. Ce qui fait au minimum 128 cartouches (toutes grises à la base dont seulement 26 ont été converties en dorées).
Les possesseurs des cartouches grises non finalistes sont la plupart du temps d’anciens de NoA (du concepteur du championnat du monde, ‘Gamemaster’ Howard jusqu’à des membres du staff de l’évènement, ceux qui sur place donnaient des informations aux joueurs pour les aider à améliorer leurs scores). On peut supposer que les membres du staff de NoA avaient plus ou moins le droit de posséder ces cartouches.
Il y a aussi plusieurs membres de la sécurité ou de l’organisation locale qui ont récupéré des cartouches « oubliées » sur place. Là, par contre, il est certain que la plupart n’avaient pas le droit de récupérer les cartouches.

A ce jour, on connait environ 60 cartouches grises et entre 12 et 15 cartouches dorées. D’autres ont-elles survécu ? Très probablement. Pour les années 2014 et 2015, 4 cartouches non répertoriées ont été « découvertes » : 2 sur ebay (n°234 et 308) , 1 sur facebook (n°275) et 1 dans un magasin physique (n°328) .

Y a-t-il des cartouches qui ont été découvertes ailleurs qu’aux USA ?
Oui, il y a plusieurs cartouches découvertes au Canada, ce qui est assez logique vue la proximité avec les USA.
Et plus étonnement, une cartouche a été découverte en Allemagne. Cette cartouche a sans doute été ramenée par son propriétaire américain lors de son service militaire sur une des bases de l’OTAN.

A l’heure actuelle, il y a sans doute 5 cartouches en Europe : 1 grise en Italie (la 105), 1 grise en Finlande (la 20), 1 grise au Pays-Bas (la 196), 1 dorée aux Pays-Bas et 1 dorée en Norvège (le propriétaire de cette cartouche dorée a possédé pendant un moment une cartouche grise au numéro inconnu car ayant l’étiquette déchirée, la fameuse NWC « Mario »).

Est-ce qu’il existe des faux ?
A cause de la complexité du circuit imprimé, il est peu probable qu’il y ait de fausses cartouches en circulation.
En revanche, vue la différence de prix entre une cartouche grise et une cartouche dorée, il est possible que certains aient converti une cartouche dorée en grise. L’appât du gain :(
A titre personnel, je ne comprends pas que le prix des cartouches dorées soit supérieur à celui des cartouches grises. Certes, il y en a moins en circulation mais elles n’ont plus l’intérêt historique des grises. En toute logique, la demande devrait être plus forte pour les cartouches grises que pour les dorées.
Mais ce n’est que mon avis.
On voit aussi passer des annonces avec des photos volées ou floues (des petits malins impriment des images des micro-switch pour les coller sur une cartouche en espérant pigeonner quelqu’un).

Une cartouche NWC ouverte, le circuit imprimé est complètement différent de tous les autres jeux NES. Aucun risque de se faire arnaquer si on le vérifie avant l'achat

Une cartouche NWC ouverte, le circuit imprimé est complètement différent de tous les autres jeux NES. Aucun risque de se faire arnaquer si on le vérifie avant l’achat

Est-ce que tu aimerais en avoir une ?
Oui, très certainement. Mais puisque a valeur actuelle sur le marché se situe entre 10.000$ et 20.000$ (tout dépend du modèle, de son état et de la visibilité de l’enchère), et au vu de l’état actuel de mes finances, je ne me vois pas mettre plus du prix de ma voiture dans un jeu, fusse-t-il très rare.
Par contre, si j’avais gagné hier à l’euromillion (encore aurait-il fallu que je joue), oui.
Et comme je l’ai expliqué plus haut, mon choix se porterait sur une cartouche grise. Idéalement une cartouche à l’historique connu et qui remonte jusqu’à un des 90 finalistes.

Sinon, pour les fauchés dont je suis, il existe une alternative, une reproduction de la cartouche. Celle-ci n’est pas identique à l’originale et ne peut donc pas être confondue. Néanmoins elle permet de jouer dans les mêmes conditions que lors de la compétition officielle.

Une cartouche repro du NWC. Notez la position différentes des micro-switch.

Une cartouche repro du NWC. Notez la position différentes des micro-switch.